L’imputata, si alzi !

Vocabolario difficile

 il momento fatidico –  so quello che mi aspetta-  deliberazione –  verdetto –  a bocca aperta –  rappresentanti dell’ordine –  corpi del reato –  perplesso – decisione – giuria

Domande per agevolare la comprensione

  • Chi parla?
  • Chi è venuto dal topolino?
  • Che cosa hanno fatto i carabinieri al topolino?
  • Che cosa hanno preso a casa sua e perché?
  • Dove hanno portato il topolino?
  • Dov’è il topolino quando racconta ciò che gli è successo?
  • A che punto del processo ne siamo?
  • Di che cosa è accusato il topolino?
  • Che cosa dice per difendersi?
  • Quanto tempo è durato il processo?
  • In definitiva, che cosa ha deciso la giuria ?

Accusée, levez-vous ! (en français)

(Cyrille Largillier/JohannC.)

« Accusée, levez-vous ! »

Ça y est, le moment fatidique est arrivé, je vais enfin être fixée sur mon sort.

Après une semaine de procès, le jury a délibéré et va rendre son verdict.

Je ne suis pas rassurée.

Je ne suis pas rassurée. J’ai un peu peur de ce qui va m’arriver.

Je ne suis pas rassurée, je suis impressionnée.

Pour être honnête, je suis restée bouche-bée lorsque la gendarmerie a débarqué chez moi.

Vous ne me croirez peut-être pas, mais je ne pensais vraiment pas nuire à quiconque, bien au contraire.

Pendant qu’on me menottait sans ménagement, plusieurs autres représentants de l’ordre saisissaient mes trésors.

« Des pièces à conviction accablantes » disaient-ils avec fierté.

Plus de trésors, je suis triste.

Ils ne laissent aucun de mes trésors.

Plus aucun trésor dans ma maison, cela me rend triste.

Je pensais qu’ils m’auraient libérée après m’avoir entendue. Mais ils ne prirent même pas la peine d’écouter ma version des faits. Pour eux, la situation était extrêmement claire. Vu la gravité des crimes dont ils m’accusaient, ils ne voulaient pas prendre le risque de me laisser fuir. Ils ne me libérèrent pas et me maintinrent emprisonnée en attendant le procès.

Me voilà au tribunal. Je suis accusée de trafic. Fait aggravant, je ne m’attaque qu’aux enfants.

Comme je n’ai rien à me reprocher, j’ai choisi d’assurer moi-même ma défense. J’explique donc que je n’ai jamais fait souffrir aucun enfant. Qu’ils sont même ravis de mon passage dans leurs chambres. Et puis que je paie bien en compensation. Enfin que je veille à agir en toute discrétion, pour ne pas déranger.

Je parle avec calme.

Je garde mon calme et mon sourire.

Je parle calmement en souriant.

Je pense m’être bien défendue mais le jury semble perplexe. Je crains de finir mes jours en prison. Enfin, après une longue délibération, le jury se prononce. Le président prend la parole :

« Aucune charge n’est retenue contre vous, vous êtes libre, Madame…

… la Petite Souris. »